Informations

Actes officiels de la rébellion


L'armée étant ainsi localisée, le chef des transmissions trouva de bonne heure des raisons de regretter que l'indifférence officielle ait empêché la construction des trains télégraphiques de campagne dont il était initialement prévu d'équiper le Corps des transmissions. Avec des trains du type de ceux actuellement en usage avec l'armée du Potomac, il aurait été facile de relier, en un jour après leur arrivée devant Yorktown, le quartier général principal de l'armée. Le fil isolé serait encore plus sûr lorsqu'il traverse la forêt que lorsqu'il est prolongé le long des routes. Il n'y avait pas de trains télégraphiques de campagne avec l'armée.

Le 7 avril, conformément à un ordre du commandant général, une communication télégraphique par signaux avait été ouverte avec la flotte, le détachement d'officiers des transmissions commandé à la forteresse Monroe l'ayant rejoint ce jour-là. La station côtière, connue sous le nom de station centrale (No. 1), se trouvait dans une grange près du Camp Winfield Scott. De ce jour jusqu'à la fin du siège, il y a eu, de jour comme de nuit, un transfert de messages vers et depuis le navire amiral de la flotte, et ici, comme sur la flotte, une veille constante a observé à la fois les signaux faits par soit ceux à flot soit sur le rivage. Dans les brouillards denses, les pluies et parfois lorsque le navire amiral, descendant le fleuve, était hors de vue, cette communication échouait. Pour pourvoir à ces éventualités, une autre station (n° 7) fut ouverte dans une maison sur le rivage de la baie, au débarcadère de la flotte. Cette station devait envoyer des messages qui ne pouvaient pas être envoyés directement depuis la station centrale. Il était parfois utilisé pour des conférences et des conversations par signaux entre les officiers de marine de la flotte et les officiers de l'armée à terre. Il était également en communication lorsque cela était nécessaire avec le poste central et avec la flotte.

Une station (n° 6) fut, à différents moments de la progression du siège, établie à la maison Farinholt, à l'embouchure de Wormley's Creek. Il était destiné à communiquer par signaux à la flotte tout danger soudain pouvant survenir à cet endroit et à transmettre au [230] gare centrale les connaissances acquises à partir des observations faites ici. Cette station était peu utilisée.

Lorsque, le 30 avril, la batterie de siège de 100 et 200 canons Parrott, qui avait été établie à cet endroit, s'ouvrit sur les travaux de Yorktown et de Gloucester, les officiers des transmissions de cette station communiquaient avec d'autres placés chez Moore, près de Yorktown qui de là rapportèrent l'effet des coups de feu dans la mesure où ils purent les noter. Les officiers des transmissions de la batterie étaient bien entendu exposés aux tirs par lesquels l'ennemi répondait à la batterie près de laquelle ils étaient stationnés. Les signaux n'ont pas été autorisés à être interrompus. Les officiers des transmissions de la maison de Moore étaient directement dans la ligne des deux feux, les obus du combattant passant haut dans les airs au-dessus de leurs têtes. Cette position, bien que peu dangereuse, n'était pas souhaitable, certains des gros obus tombant court et explosant à proximité.

Une station de signalisation (n° 5) communiquant avec la flotte avait été ouverte chez Moore le 7 avril. Ce point a été choisi en vue de diriger le feu de nos canons navals dans l'attaque de Yorktown, alors considérée comme imminente, et aussi dans le but d'informer momentanément la flotte de la progression de nos forces terrestres, dont l'assaut devait être simultané.

La maison de Moore (située sur la rive de la rivière York) était directement sous les canons les plus lourds de Yorktown, à un mile de distance. La plage au pied de la rive sur laquelle la maison était placée était commandée par la batterie à eau sur la plage de Yorktown. Des arbres groupés le long du haut et du bord de l'eau de la rive, et s'étendant de près des travaux de l'ennemi jusqu'à cette maison, offraient une couverture aux tireurs d'élite rebelles. Cette station fut d'abord visitée et de longs messages envoyés à la flotte par une partie du corps le troisième jour après l'arrivée de l'armée devant Yorktown, et alors que l'endroit était encore à une certaine distance au-delà de nos piquets. En tant que station d'observation et de communication, ce point était sans égal. De là, on considérait les ouvrages de Gloucester et leurs abords, distants d'environ 2 milles ; sur les quais et les batteries à eau de Yorktown et tout le chenal de la rivière et de la baie s'étendait en vue. À l'intérieur des terres, on pouvait tracer le contour des travaux à Yorktown proprement dit, et on avait en vue une grande partie de la campagne entre ces travaux et nos lignes. Cet endroit était maintenant occupé en permanence comme station de signalisation, communiquant avec la station du quartier général. Lorsque le drapeau de signalisation a été découvert pour la première fois par l'ennemi près de cette maison, deux pièces de campagne légères ont été lancées par eux à portée facile et les officiers ont été chassés de leur poste par leurs tirs, mais pour revenir dès que le feu a cessé.

Au fur et à mesure que le siège avançait, l'incendie de la gare devenait de plus en plus grave. Lieut. Israel Thickstun, quatre-vingt-troisième des volontaires de Pennsylvanie et officier des transmissions par intérim, a été frappé par un fragment d'obus alors qu'il servait dessus. Les obus explosaient très fréquemment près d'elle, la station recevant de nombreux tirs visant notre parallèle devant elle. Le poste de travail n'était pas raisonnablement tenable. Les officiers ont reçu l'ordre de s'abriter près de la maison de Moore et de faire rapport par signaux uniquement en cas d'urgence. La station fut ainsi tenue jusqu'à l'évacuation de Yorktown. Son occupation était des plus utiles dans les premiers jours de l'investissement, quand on craignait une éventuelle sortie de l'ennemi dans cette direction.

<-BACK | UP | NEXT->

Documents officiels de la rébellion : volume onze, chapitre 23, partie 1 : campagne péninsulaire : rapports, pp.229-230

page Web Rickard, J (19 novembre 2006)


Voir la vidéo: Genèse - LAncien Testament. La Sainte Bible, audio VF Complète (Janvier 2022).